• Exchanges in the digital environnement

    Échanges dans l’environnement numérique

ÉDITORIAL | EDITORIAL


ENGLISH >>

Le développement du numérique a sans aucun doute transformé d’une manière profonde la nature et la portée des bibliothèques et centres d’archives. Offrant des points d’accès multiples et collaboratifs, le numérique favorise les échanges entre institutions et usagers et permet des conversations dynamiques afin de favoriser l’accès et la conservation de matériel culturel et visuel. De plus, le numérique évoque des avenues qui transforment non seulement comment les bibliothécaires et archivistes s’affairent à remplir leur mission, mais il permet également une confrontation et une évaluation des notions associées à un accès exponentiel aux différentes collections et fonds d’archives.

Échanges dans l’environnement numérique contribue à la réinitialisation de la publication de ARLIS MOQ dans son format numérique. Un merci spécial à Adèle Flannery pour son travail de conception web. Merci également aux contributeurs.trices et lecteurs.trices qui ont fait preuve de patience pendant la transition du format pdf vers ce nouveau format numérique dynamique. Le contenu de notre publication est compatible avec une variété d’écrans et d’appareils, de votre ordinateur personnel jusqu’à votre téléphone.

Le numéro spécial du MOQDOC de 2019 propose une discussion entourant les échanges numériques qui permettent à la communauté professionnelle, aux utilisateurs et aux institutions de s’adapter et de progresser dans un environnement d’initiatives numériques, incluant des projets de curation numérique et des initiatives sur les médias sociaux. Dans ce numéro, nous désirons explorer comment les bibliothèques, centres d’archives, centres d’art, musées, collectifs d’artistes et autres organisations évoluant dans le domaine des arts ou comprenant des ressources visuelles et matérielles, relèvent les défis de l’ère numérique. 

Les textes inclus dans ce numéro spécial abordent des sujets évoquant les caractéristiques et les possibilités du numérique. Certes, les différents articles font part des différentes possibilités du numérique concernant l’accès au matériel numérisé ou né-numérique, à la diffusion, à l’engagement des usagers et également au potentiel du numérique comme espace de contestation. Le texte de Stefana Breitwieser se penche sur des initiatives numériques qui se questionnent sur les façons de composer avec des archives nées numériques – et les outils créés pour offrir des solutions reliées à la gestion de l’information et l’accès au matériel. La notion entre image numérique et échange avec les utilisateurs est  abordé dans le texte d’Anna Dysert et Robin Desmeules. Leur article, portant sur un projet de diffusion sur le compte Instagram des Livres rares de l’Université McGill, @mcgill_rare, soulève d’importantes questions face à la portée de la folksonomie. Leur recherche s’inscrit dans un cadre analytique comparatif qui fait état d’initiatives institutionnelles sur Instagram orientées vers des échanges entre institutions et également avec les usagers. Rachel Harris, pour sa part, soulève dans sa recherche des problèmes reliés à l’accès numérique d’illustrations contenus dans les livres et fait état d’une approche expérimentale explorant une contextualisation d’images de livres rares provenant de l’Université Saint Paul, à travers le compte Instagram @alliesaints.

L’espace numérique offre la possibilité de concevoir des stratégies de de diffusion et des contre-narratifs orientés vers la contestation des relations de pouvoir se trouvant dans les bibliothèques, collections spéciales et centres d’archives. Dans un article portant sur la diffusion de photographies de médecins, François Dansereau, quant à lui, fait part du potentiel du numérique afin de confronter des structures de pouvoir associées à la production et la mise en valeur de l’archive photographique dans le milieu hospitalier.  

Ces différents articles soulèvent des questionnements en ce qui à trait au rôle des bibliothécaires et archivistes face aux défis que représentent le numérique. Les autrices et auteurs proposent des stratégies et font part d’initiatives numériques intégrées dans leurs pratiques professionnelles. En engageant leurs fonds et collections respectives, ils et elles améliorent leurs paramètres professionnels en adaptant leurs pratiques selon les paramètres des échanges numériques.

<< FRANÇAIS

Digital developments have profoundly transformed the nature and scope of libraries and archives. Multiple and collaborative access points promote exchanges between institutions and users, which in turn brings up questions of accessibility, promotion, and preservation of cultural and visual material in an evergrowing digital environment. The digital world is so pervasive that it transforms how libraries and archivists are working to fulfill their mission, which means that information professionals are confronted with re-evaluating the very notions associated with ever-increasing access points to different collections and archives.

Digital Exchanges launches ARLIS MOQ’s revamped platform for its publication in digital format. A special thanks to Adèle Flannery for her web design work, and to our contributors and readers who have patiently awaited the transition process from the past pdf-format to our relaunch in web-based responsive design. Our publication content will translate onto a variety of screens and devices from your personal computer to your phone.

This 2019 special issue offers a discussion of digital exchanges. It explores how our professional community, users, and institutions are adapting within an environment of digital initiatives, including digital curation projects and social media initiatives. In other words, how are libraries, archives, art centers, museums, artists’ collectives, and other organizations involved in the arts and related visual and material resources, meeting the challenges of the digital era?

The texts included in this special issue bring up a series of conversations on the features and possibilities of the digital. These articles address a range of possibilities such as the accessibility and circulation of digitized or born-digital material, user engagement, and sites of contestation. Stefana Breitwieser looks at archival tools that support information management and access to digitally born archives. The notion that the digital image is part of an exchange with users is addressed in the text by co-authors Anna Dysert and Robin Desmeules. As part of an institutional outreach strategy, Dysert and Desmeules address the role that a folksonomy plays in the circulation of images of McGill University’s rare books on their Instagram site @mcgill_rare. Meanwhile, Rachel Harris draws from her research on the problems of browsing for book illustrations online to develop an experimental approach to contextualizing images of rare books from Saint Paul University on the Instagram site @alliesaints. 

The digital realm offers the dual possibility of institutional outreach strategies as well as counter-narratives that contest the power relations held by libraries, special collections and archive centers. In his article on the circulation of photographs of doctors, François Dansereau looks at the digital potential of confronting gendered power relations implied in the production and promotion of photographic archives in the hospital setting. 

These different articles raise issues that relate to the role of librarians and archivists who face digital challenges. The authors offer strategies and initiatives as they apply digital possibilities to their professional practices, while also engaging with their respective collections and fonds, and ultimately, boosting their professional parameters.

An Interview with Rachel Harris

Image Browsing for Fairies, Saints and Other Book Illustrations


masculinité, espaces et le numérique comme outil de déconstruction

Les portraits photographiques de médecins


Folksonomic Explorations of the Rare Books Community on Instagram

Is it #frontispiecefriday yet?